samedi 24 octobre 2009

La prime d'excellence scientifique (PES)



Les réactions contre la PES se multiplient, parfois un peu surréalistes, souvent assez inventives.

Préliminaires

Le problème principal à l'INRIA pour ce qui est des rémunérations des chercheurs, est le très faible niveau des salaires à l'embauche. Je ne dis pas que les salaires les plus hauts sont trop hauts: Les écarts entre les bas et les hauts salaires sont beaucoup plus étroits que la norme ailleurs, même si on peut encore les trouver trop importants. Mais, en gros, le fait de faire un des plus beaux métiers du monde compense le manque à gagner, seulement quand le salaire passe un certain seuil, disons au passage DR. Donc la priorité serait à mon avis de relever les rémunérations des CR. C'est la priorité et on nous balance dans les pattes une PES mal ficelée.

[Les chiffres que j'ai lus: Il y a une trentaine d'année, le salaire d'un jeune chercheur (n'ayant pas obligatoirement sa thèse) était de 4 fois le smic. Aujourd'hui il faut le plus souvent un post doc. Lesalaire est 1,5 fois le smic.]

C'est devenu une habitude. On déplace le débat sur des sujets annexes. Le vrai sujet reste la rémunérations des débutants. On n'en parle pas. S'il faut parler de la PES.

Contre la PES?

C'est vrai qu'on comprend qu'avec la PES nous aurions 80% de médiocres à l'INRIA. Ça refroidit! On ne peut pas l'accepter. C'est simple. Non à la PES telle qu'elle est proposée!

Depuis le temps que plein de fonctionnaires ont des primes et pas nous, on ne va quand même pas refuser? Est-ce qu'il est possible de faire évoluer la manière dont elle est distribuée? Oui à une PES qui serait bien faite. Est-ce qu'on sait ce qu'on veut? Est-ce qu'on parle tous de la même chose?

A contre courant

La recherche est un grand privilège. On a un des plus beau métier du monde. Donc cela se paie. Notre responsabilité est de rendre le système le plus efficace possible. Des primes d'excellence scientifique pourraient permettre d'attirer à la recherche les meilleurs jeunes, de les garder, de rendre le métier plus attractif aux meilleurs qu'on veut faire venir.

Les chercheurs choisissent leur vie. Certains font beaucoup de consulting et ça parait normal. Certains sont promus plus rapidement et ça parait normal. Donc l'idée de l'égalité de rémunérations entre chercheurs est une illusion.

Et pour contredire quelques idées lues ici ou là:

Ça va démoraliser de voir des gens avoir la prime quand d'autres ne l'ont pas: Arrêtez! On est habitué à voir des gens plus brillants que soi, des gens qui savent prouver des trucs qui nous ont arrêté. Ça nous pousse au contraire à essayer de nous dépasser.

Ça va introduire de la compétition, une mauvaise ambiance à l'intérieur des équipes. Arrêtez! On est habitué à la compétition. Et sauf à être looser, on a compris que nos meilleurs alliés étaient nos proches. C'est ensemble avec des collègues, qu'on apprend à réussir.

Ce n'est pas un jury "interne" qui saura nous évaluer. Il y a un peu de vérité là dedans. Donc il faut se battre pour que l'évaluation soit faites convenablement avec plein d'extérieurs. Et puis, on accepte bien l'évaluation à l'embauche et aux promotions. Ça change quoi?



Après pas mal d'hésitation, j'ai choisi de ne pas signer la pétition

Aucun commentaire:

Publier un commentaire