mardi 19 mai 2020

Tara


Coronavirus, Covid-19, SARS-CoV-2, déclinaisons d’une même infection. Réaction en chaîne par polymérase à transcription inverse, un con d’écouvillon quoi. Foultitude de tests pour chiner l’impureté dans ton sang. Aux dés, tu es joué. Séropo, au VIH pas de pot, au corona, la joie. Mais gaffe, faux négatifs, faux positifs. Covid se moque de toi.

Populations à risque, les pauvres, les plus de 65 ans... Faut-il te glorifier de ne pas être pauvre, d’être jeune ? Faut-il avoir honte d’être infecté ? D’infecter l’autre ? Dénoncé par une vipère, comme naguère le juif ou la sorcière. Les règles du jeu sont injustes ! Covid ricane de ta justice.

Anosmie et agueusie. Perte du goût de la vie. Traqué par les brigades des contacts, un jour peut-être espionné par ton smartphone. Confiné, infantilisé, condamné sans procès à mesurer ta vie à l’aune des libertés égarées, par trouille. Covid a tout raflé.

Contaminé, forcé à trainer la savate de l’impureté. Le fil d’écarlate sur le linteau, le bouquet d’hysope trempé dans le sang, la guerre contre l’ennemi invisible. Quelle guerre ? Quel ennemi ? C’est Tara la libératrice, la passeuse, l’énergie de la mort, pour ne pas oublier de vivre. Tara se fout de ta pureté.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire